Agir sur la production et la consommation énergétique est une clé pour sortir de la crise climatique. Cette transition énergétique vers plus de responsabilité est une formidable opportunité pour la Ville de Lausanne, car elle permettra de créer des emplois durables et locaux, d’améliorer la qualité des bâtiments, de préserver la qualité de l’air que nous respirons et de mieux allouer les ressources financières de la Ville. Parce que les Services Industriels de Lausanne (SIL) ont une position solide dans le marché de l’énergie, améliorer la production est un outil tangible pour la Ville. Comme elle dispose actuellement en plus d’infrastructures de qualité, elle peut également envisager sereinement leur extension.

Durant cette législature, les Vert·e·s s’engagent à tout faire pour :

  • Viser l’objectif d’une ville et d’une agglomération autonomes, voire productrices nettes d’énergies thermique et électrique, par une réduction de la consommation, le développement des nouvelles énergies renouvelables et des méthodes de stockage à diverses échelles.
  • Encourager l’abandon du gaz fossile en le remplaçant par un réseau de chauffage à distance 100% renouvelable couvrant une part beaucoup plus importante du territoire lausannois.
  • Poursuivre les investissements dans le solaire photovoltaïque et mettre en place de nouveaux modèles de soutien permettant l’investissement citoyen dans la production solaire ou éolienne.
  • Développer le solaire thermique pour les bâtiments publics et privés.
  • Créer une centrale de biométhanisation dans la région lausannoise.
  • Poursuivre le programme des SIL (Equiwatt) pour accompagner les privé·e·s dans la production de leur propre énergie, qu’ils ou elles soient locataires ou propriétaires.
  • Développer une filière de valorisation du bois-énergie qui profitera à Lausanne et à son agglomération en tant que très importante commune forestière.
  • Développer les potentiels énergétiques de la géothermie, du lac et des eaux usées en collaboration avec les communes de l’agglomération.
  • Préserver les intérêts publics dans la politique énergétique en prenant appui sur (et en renforçant) l’implication des SIL dans le paysage romand et suisse de l’électricité, que ce soit de manière directe ou via les parts détenues dans d’autres sociétés.
  • Renforcer le statut de service public de l’énergie en combattant toute libéralisation supplémentaire du gaz ou de l’électricité, de même que toute tentative d’externalisation ou de privatisation des SIL.