Lausanne est un pôle d’excellence grâce aux nombreuses écoles professionnelles et hautes écoles qui y sont installées. C’est aussi une ville formatrice, avec des centaines d’apprenti·e·s en formation chaque année. Les Vert·e·s souhaitent renforcer les liens entre Lausanne et ces espaces de formation ainsi que valoriser l’apprentissage. De plus, la Ville peut développer une politique de l’enfance ambitieuse grâce à son offre de crèches et aux écoles obligatoires présentes sur son territoire. Dans toutes les formations, des éléments de respect des autres, de l’environnement et de la nature doivent également être intégrés. Les enfants et les jeunes doivent pouvoir trouver leur place et grandir en sécurité.

Durant cette législature, les Vert·e·s s’engagent à agir pour :

  • Garantir l’école et des formations pour toutes et tous, y compris pour les enfants sans papiers.
  • Compléter l’offre cantonale de bourses d’études pour les étudiant·e·s et les apprenti·e·s lausannois·e·s.
  • Soigner le lien de la Ville avec les hautes écoles présentes sur son territoire et liées à son nom.
  • Collaborer avec les hautes écoles pour un programme « Science et cité » afin de favoriser la micro-innovation scientifique, notamment dans les domaines de l’urbanisme, de l’énergie et de la durabilité ainsi que dans le domaine social.
  • Étoffer le catalogue des activités de sensibilisation proposées aux écoles et aux lieux de vie enfantine, tant en faveur de l’environnement que de la sensibilisation au réchauffement climatique (par exemple en incluant des modules zéro déchet ou de découverte de la faune lausannoise) ou qu’à l’encontre des différents types de discriminations.
  • Exiger des crèches et des lieux de vie enfantine l’utilisation de matériaux naturels, sans danger pour la santé des enfants, en particulier sans perturbateurs endocriniens.
  • Assainir les bâtiments scolaires non seulement du point de vue énergétique, mais aussi pour les adapter aux changements climatiques, pour renforcer la biodiversité et pour favoriser la santé des enfants (préaux arborisés, toits végétalisés, biotopes, jardins et potagers scolaires).
  • Contribuer au développement de la mixité dans l’occupation des cours de récréation et des places de jeux.
  • Imaginer des bâtiments scolaires qui permettent la diversité des types d’enseignement, notamment avec des classes en extérieur.
  • Proposer un quart d’heure de lecture journalière pour tous·tes dans toute la ville.
  • Proposer des stages et projets pour les jeunes en rupture ou en décrochage scolaire.
  • Mettre en place une campagne de prévention contre le harcèlement scolaire, en classe et sur les réseaux sociaux, particulièrement pour protéger les écolières et écoliers.