Ce que nous mangeons à un impact sur notre santé. L’industrie alimentaire truffe ses produits de sucre, de sel, de graisses, d’additifs et de conservateurs qui favorisent directement le développement de maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou encore les maladies cardiovasculaires. Ce que nous mangeons a aussi un impact direct sur l’environnement. Face à la puissance commerciale et publicitaire de cette industrie, les communes doivent proposer des alternatives locales, de qualité et accessibles.

Durant cette législature, les Vert·e·s s’engagent à agir pour :

  • Soutenir la promotion d’une alimentation équilibrée et moins carnée dans les écoles avec le soutien des infirmier·ère·s scolaires en prenant en compte la santé, mais aussi ses conséquences sur l’environnement et le bien-être animal.
  • Encourager l’activité d’associations favorisant une éducation au goût et à la cuisine, comme Lausanne à Table, la Semaine du Goût et Février sans supermarché, et œuvrant pour diminuer la consommation de produits d’origine animale.
  • Lors des événements organisés par ou sous l’égide de la Ville, promouvoir un choix alimentaire sain et équilibré, en favorisant des aliments produits localement et de manière artisanale et en limitant les produits d’origine industrielle ou animale.
  • Favoriser l’accès à l’eau en augmentant le nombre de fontaines à eau potable en ville et en offrant des toilettes publiques propres, accessibles et confortables.
  • Limiter la présence des chaînes de restauration rapide en ville.
  • Supprimer les distributeurs de boissons et snacks sucrés dans les écoles et proposer une alternative avec des boissons et snacks sains, en collaboration avec des producteur·trice·s locaux·cales.
  • Réduire fortement la consommation de viande et de produits industriels dans la restauration collective et les établissements détenus par la Ville.