Les finances publiques doivent être gérées dans le but de préserver les intérêts des générations futures et des conditions de vie de l’humain sur terre, en protégeant l’environnement. Les investissements doivent être évalués par rapport à leurs impacts sociétaux et environnementaux stricts. La transformation énergétique et la transition vers une société plus équitable doivent être des facteurs clés dans les décisions d’investissement. C’est à la fois responsable et rentable, puisque les investissements durables sont de plus en plus sûrs.

Durant cette législature, les Vert·e·s s’engagent à agir pour :

  • Décarboner sans délai les investissements financiers de la Ville et de sa caisse de pension en monitorant et en publiant la progression annuelle de cette décarbonisation de la finance publique.
  • Agir auprès de la caisse de pension et des entreprises gérées ou soutenues par la Ville pour qu’elles désinvestissent d’ici 2025 de toute énergie fossile et investissent localement et durablement.
  • Inviter les partenaires privés ou publics de la Ville à adopter des engagements identiques.
  • Planifier les finances de la Ville à long terme en gardant les marges pour investir aujourd’hui dans les économies d’énergie, les énergies renouvelables, les transports publics, les infrastructures (notamment crèches et écoles) et les logements durables et abordables.
  • Évaluer tout investissement quant à sa durabilité et supprimer les subventions (au sens large) dommageables pour la biodiversité et le climat.
  • Enrichir les critères d’adjudication de la Ville par des critères de durabilité et sociaux et leur donner plus de poids.
  • Conserver ou reprendre en mains publiques les tâches régaliennes, les monopoles publics et les réseaux de distribution.
  • Améliorer la transparence sur le budget, les comptes et les subventions directes et indirectes, y compris dans les sociétés privées en mains de la Ville.