Postulat de Daniel DUBAS : «Pour une stratégie et un plan d’action contre les îlots de chaleur urbains»
Intervention 


Depuis le début des mesures en 1864, les températures en Suisse ont en moyenne augmenté de 2 °C. En 2003, 2015, 2018 et 2019, la Suisse a connu des périodes de forte canicule. Dans les années à venir, les vagues de chaleur vont être de plus en plus fréquentes, plus longues et plus intenses.

En raison du phénomène des îlots de chaleur, les villes seront particulièrement touchées par ces canicules. Les îlots de chaleur sont des zones densément bâties avec de nombreuses surfaces imperméables qui stockent la chaleur de jour et la restituent la nuit. La ville se réchauffe donc davantage que la campagne et ne se rafraîchit pas ou peu la nuit. Ceci a de graves conséquences pour la santé, notamment pour les personnes âgées ou vulnérables, et touche particulièrement la population défavorisée.

Le postulat demande de lutter contre les îlots de chaleur à Lausanne, en prenant des mesures autour de 5 axes principaux : augmenter la végétation, réduire les surfaces imperméables,  améliorer la gestion de l’eau en surface, optimiser la forme urbaine et l’architecture et réduire ou valoriser les rejets thermiques liés à certaines activités.

Certaines mesures ont déjà été prises, et nous saluons ici notamment le plan climat et le plan canopée de la municipalité, avec de nombreuses plantations d’arbres sur le domaine public.

Toutefois, il reste encore beaucoup à accomplir, et le temps presse, comme le confirme les derniers rapports du GIEC.

Lausanne se construit et se densifie à grande vitesse. Tous les jours, des surfaces vertes sont bétonnées, la pleine terre disparaît, et des arbres de grande taille sont abattus, pour faire place à de nouvelles constructions. Sur les terrains privés, ces arbres ne sont pas systématique­ment remplacés, et même si c’est le cas, la plantation d’un jeune arbre ne compense nullement la perte d’un arbre ancien. A titre d’exemple, un platane à l’âge adulte de 40 m de hauteur possède une canopée équivalant à 2000 jeunes arbres. Il est donc urgent de renforcer la protection des arbres.  

Il y a une foule d’autres mesures à prendre pour adapter les zones bâties au réchauffement climatique. Citons pêle-mêle :

– limiter les constructions souterraines pour préserver la pleine terre
– rendre obligatoire la végétalisation des toits plats et de certaines façades et murs
– planifier et créer de nouveaux espaces verts et les relier par des chemins piétonniers ombragés et des corridors écologiques
– diminuer les surfaces imperméables, non seulement sur le domaine public, mais également chez les privés, en rendant obligatoire des revêtements perméables, par ex. pour les parkings et les chemins d’accès,  
– définir des couloirs de ventilation à respecter
– utiliser des matériaux de construction aux propriétés favorables pour la lutte contre les îlots de chaleur
– favoriser des couleurs claires (mais non aveuglantes) pour augmenter l’albédo,
– demander des mesures d’ombrages et des protections thermiques suffisantes en été pour les habitations, les places de jeux, etc.

Un autre aspect important est la gestion de l’eau de pluie et des cours d’eau. Au lieu d’être évacué dans les canalisations, l’eau doit retrouver une place en ville pour la rafraîchir. Citons par exemple
– la multiplication de points d’eau et de fontaines en ville pour se désaltérer ;
– des cours d’eau rénaturalisés, avec des espaces vertes généreux le long des rives, pour créer des couloirs de fraîcheur,
– l’aménagement de retenues d’eau à ciel ouvert et naturelles,  servant également de lieu de détente et profitant à la biodiversité
– l’aménagement de noues paysagères, comme moyens de stockage temporaire des eaux.

La plupart de ces mesures ne servent pas uniquement à la lutte contre les îlots de chaleur, mais sont également favorables à la biodiversité et au bien-être des habitants.

Il est urgent que la Municipalité étudie les mesures à prendre et les mette en place, notamment dans le cadre du nouveau Plan d’affectation communal (PACom). Les mesures les plus pressantes devraient faire l’objet de la modification urgente du règlement du plan général d’affectation en vigueur (PGA), récemment annoncé par la Municipalité[1].

Vous aurez compris : Le groupe des Verts et des Vertes vous demande de renvoyer le Postulat de Daniel Dubas à la municipalité.

[1] https://www.lausanne.ch/apps/actualites/index.php?actu_id=65630

Alexandra Gerber

Alexandra Gerber

Conseillère communale